Histoire d’autoportrait #6

Je travaille beaucoup en séries et faire des photos sans réfléchir à une unité et à une quantité n’était pas arrivé depuis un moment quand j’ai eu envie de faire cette image.

“Avec le temps et la professionnalisation du métier, il m’est devenu difficile de me détacher de la pensée qu’il faut travailler en nombre et en cohérence.”

On nous apprend qu’une série de photos est plus “facile” à vendre pour la faire voir et vivre qu’une photo isolée ou qu’un groupe d’images n’ayant aucun lien les unes avec les autres.

Mais parfois, heureusement, j’arrive à sortir du cadre (auto-?) infligé et je me recale devant l’appareil juste comme ça, parce que j’ai justement envie d’un truc isolé.

La plus petite histoire :

C’est de l’argile violette que vous pouvez voir sur cette photo.
Est-ce que j’ai plein d’argiles de couleurs différentes et est-ce que ça m’a finalement donné envie de faire une série ?
Vous n’avez aucune preuve.

◄ retourner aux histoires